Agir. Les Challenges d’Honneur du Design

jeudi 26 septembre 2019
par  Annie Favrie
popularité : 34%

Annie Favrie est légionnaire. Traduisez : elle est décorée de la Légion d’Honneur, ce qui en fait de facto un membre de cette éminente Société. Ce qui ne veut pas dire qu’elle soit militaire : sa décoration, elle la doit, entre autres, à son action tenace en faveur de la création d’entreprises, notamment en Afrique et à Madagascar, mais en premier lieu dans les quartiers défavorisés de Roubaix, à la tête de la Ruche d’entreprises et plus tard, à la Cité de l’Initiative, créée par elle, au service du textile du département du Nord, premier « cluster »(1) français lancé en 1991.
Sa rencontre avec la Caisse des Dépôts s’est faite à la Ruche d’entreprises quand deux « phénomènes », sans crier gare, « costumes trois pièces (2), cravate sombre » sont arrivés dans son bureau pour lui proposer d’expérimenter une nouvelle mesure financière au bénéfice des petites entreprises implantées dans les quartiers en développement social (DSQ). La mesure n’a pas pris mais les liens créés ont perduré, avec la Direction Régionale, et surtout avec Lucien Farhi et de là avec Claude Alphandéry, qui lui a remis ses insignes de la Légion d’Honneur.
Mais de là à s’engager sur un dossier sensible, concernant des migrants et impliquant une institution dont le Grand Maître n’est autre que le Président de la République lui-même ? Et pourtant, c’est le risque qu’a accepté de prendre la Section nordiste de la SMLH (Société des membres de la Légion d’Honneur), témoignant ainsi de l’enthousiasme caractéristique de l’Institution confrontée à l’un des plus sérieux défis qu’elle ait rencontrés.
D’où l’organisation des « Challenges d’Honneur du Design », qu’Annie Favrie a initiés et qu’elle coordonne, aujourd’hui sous la présidence du Général de Corps Aérien Alain VERON, commandeur de la Légion d’Honneur.
Elle veut bien aujourd’hui nous en parler dans l’entretien accordé à Informer pour agir.

Informer pour agir/ Bonjour Annie. Il faudra s’y faire : impossible de se revoir sans quelque aventure nouvelle mise en route par vos soins, mais, je dois dire, avec un esprit de suite toujours aussi inébranlable : la foi du charbonnier dans l’initiative des jeunes et parfois moins jeunes professionnels et entrepreneurs, bien souvent dénichés dans des populations défavorisées, en France comme à l’étranger. Et voilà, étrange rencontre pour des profanes, que vous ayez trouvé oreille attentive et soutien inattendu auprès de la Légion d’Honneur. Il ne vous suffisait donc pas d’être distinguée, fallait-il encore que vous osiez, au sein de cette auguste maison, lui proposer de vous accompagner dans de nouvelles aventures ?
Annie Favrie/ Oh, n’exagérons rien. La Légion ne m’avait pas attendue. Combien sont ceux, parmi ses membres, à l’engagement infatigable dans des entreprises aussi désintéressées que variées, mis quotidiennement au service de la Nation ?
Informer pour agir/ Très bien. Revenons alors à ce Challenge du design. Quel en est le contexte, quels en sont les enjeux ?
Annie Favrie/
1. Le contexte, alors :
Dans le cadre de « la Légion d’Honneur au Cœur de la Nation » la SMLH de la Légion du Nord a pour mission principale l’Entraide et la Solidarité. Notre ambition est de contribuer au renforcement de la cohésion nationale dans une approche civique, solidaire et ouverte sur la société, particulièrement dans le soutien à la valorisation de l’apprentissage et l’accompagnement à l’intégration des réfugiés et exilés ayant vocation à demeurer sur le territoire national.
L’aboutissement de notre projet sera la mise à disposition, des populations concernées, d’espaces dans un Tiers-Lieu (3), Fablab (4), sur la métropole lilloise comprenant un accompagnement, des temps de concertation et de partage afin de faciliter la fertilisation croisée entre les deux populations concernées, de formations complémentaires, etc. La communication autour de l’action devra permettre le renouvellement des acteurs/usagers.
Lille, Capitale Mondiale du Design 2020, peut permettre l’éclairage nécessaire à la valorisation de ces acteurs et d’envisager une duplication de l’action sur d’autres territoires.
2. Les enjeux et les défis à relever :

2.1. Nos Jeunes et nos Migrants ont du Talent
• Nous nous devons de le faire découvrir au grand public afin d’apporter une autre vision, en particulier, sur une population très marginalisée malgré des compétences et savoir-faire réels ;
• Convaincre un maximum de partenaires, y compris financiers, de notre approche pour ancrer notre projet dans la pérennité ;
• Mettre en place un partenariat permettant l’accueil, le suivi, l’accompagnement des Migrants et des Jeunes souhaitant intégrer le Tiers Lieu sur lequel nous nous appuierons ;
• Etablir un protocole d’intégration dans le projet et un cahier des charges de fonctionnement.
2.2. Les usagers ciblés :
• Les Designers en Exil, ayant vocation à rester, créer et produire sur le territoire national ;
• Les Jeunes sortant d’établissements de formation professionnelle souhaitant créer et/ou exercer dans leurs domaines de compétences avec l’appui de « parrains » professionnels.
2.3. Le territoire concerné :
La Métropole Européenne de Lille avec sa dimension transfrontalière.
La SMLH a une antenne belge, comme dans la plupart des pays, avec laquelle nous avons déjà collaboré pour l’action menée en 2018, le 1er Prix « Junior », étant d’ailleurs un élève de l’Institut St Luc à Tournai.
Nous envisageons, éventuellement, le dépôt d’un dossier européen Interreg, avec nos collègues belges, lorsque le projet sera plus avancé.
2.4. Les principaux résultats escomptés :
• Une première cohorte de participants, Jeunes et Migrants, identifiée ;
• La signature d’une convention de partenariat élargi pour faciliter l’intégration et le fonctionnement dans le Tiers Lieux retenu ; voire l’inauguration d’un espace dédié, si le projet avance rapidement ;
Une plus grande sensibilisation du grand public au travers, en particulier, d’expositions et conférences sur le sujet en 2019 et 2020 ;
• Des établissements de formation professionnelle et associations en charge de l’accueil des migrants faisant le relais « naturel » auprès des candidats pouvant être concernés ;
• Une communication renforcée sur les réseaux sociaux et les médias. 

Remise du Prix de l’Honneur en Action aux Invalides à Paris par l’amiral Alain COLDEFY, Président national de la SMLH, à Annie FAVRIE , accompagnée d’Alain VERON

L’ensemble des acteurs "Designers en Exil" avec leurs soutiens, sous-préfet, Fondation de Lille, légionnaires

2.5. La valeur ajoutée :
• Valorisation de la qualité de l’enseignement professionnel pour les Jeunes ;
• Valorisation des compétences et savoir-faire des Designers en Exil ;
• Création d’un espace dédié avec, comme le pratique La Fabrique Nomade (5) à Paris , une sorte de vitrine des savoir-faire de ces acteurs et un appui à leurs projets ;
• Le suivi-accompagnement, voire parrainage par des professionnels légionnaires ou non
Notre objectif est aussi de montrer et démontrer comment un Ordre comme le nôtre peut largement contribuer à une action innovante en puisant dans ses ressources et en anticipant sur le futur.
2.6. L’action 2018 :
• 1er décembre 2018 journée de présentation « grand public » de notre action à la Métropole Européenne de Lille (communauté urbaine)
• 54 exposants jeunes et migrants, tables rondes, conférence, remise des trophées.
• Annie FAVRIE lauréate de la Fondation « Honneur en Action » 2018 pour cette opération

2.7. L’action 2019 :
• Exposition des réalisations des Jeunes et des Migrants le 16 novembre 2019 à Lille Design
• Conférence sur « Nos Migrants ont du Talent »
2.8. Projet 2020 :
• Espace dédié dans un Tiers Lieu, Fablab, sur la métropole lilloise comprenant un accompagnement, des temps de concertation et de partage.
• Signature d’une convention d’accompagnement avec la Société des Membres de la Légion d’Honneur

3. Illustrations :
les trophées 2018 des Challenges d’Honneur du design

Catégorie « Designers en Exil »
En valorisant les designers en exil, la Société des Membres de la Légion d’Honneur a souhaité mettre en lumière les exilés, et montrer un regard différent sur ceux qui, parfois marginalisés, possèdent un réel savoir-faire et du talent à faire connaître

PNG - 102.3 ko

2ème Prix des Designers en Exil

Abdelhamid EL HILALI reçoit son prix
La Fondation de Lille a attribué un prix financier de 500 € dans la catégorie « Designers en Exil » pour Abdelhamid EL HILALI, 2e dans sa catégorie.
Originaire de Midelt au Maroc, Abdelhamid vit depuis octobre 2017 en France, il est actuellement en 2e année de BTS en Aménagement paysager au Lycée Horticole de Lomme.
Après plusieurs formations comme dessinateur de bâtiment et chef de chantier en BTP réalisés dans son pays d’origine, Abdelhamid souhaite désormais s’installer durablement en France et travailler dans le paysage.
Abdelhamid a proposé un projet de centre Social de mixage de générations. Au sein d’un même environnement cohabitent crèche, maison des étudiants et maison de retraite, afin de favoriser le bien-vivre ensemble et le contact entre les différents publics, dans un bâtiment aux normes écologiques et environnementales.

« Je suis très intéressé par la dynamique interne de la société civile (…) En tant qu’étudiant étranger poursuivant ses études en France depuis un an et demi, j’ai eu de grandes difficultés à m’intégrer dans la société. (…) Ma solitude m’a laissé l’impression que je n’étais pas productif car je m’ennuyais. Alors j’ai mis tout mon temps libre à penser à cette problématique, à ce projet. (…)
J’ai imaginé dans ce « centre social de mixage de générations » une petite société composée de tranches d’âges différentes (enfants, jeunes, étudiants, personnes âgées) dans laquelle le but est de permettre à tout le monde de vivre ensemble et de partager ses idées, ses compétences et ses savoir-faire. (…) » nous explique Abdelhamid.

(1) Cluster est un terme anglais qui signifie “grappe, amas”. En économie, un cluster correspond à une concentration géographique et interconnectée d’entreprises, de fournisseurs, et d’institutions dans un domaine particulier, et qui allie compétition et coopération (1).
(2) Là, Annie exagère : la cravate, oui, le gilet, jamais…

(3) Le tiers-lieu est un espace physique répondant aux besoins d’une communauté présente en ce lieu. Chaque tiers-lieu aura donc une personnalité qui lui est propre et directement rattachée à l’endroit d’implantation du tiers-lieu. Plusieurs institutions telles que les bibliothèques, centres socio-culturels, espaces publics numériques, ... cherchent à redéfinir leur architecture et leur organisation intérieure pour attirer un nouveau public et répondre aux nouvelles attentes des usagers en tentant de se rapprocher, autant que chaque institution le permet, de ce qui définit un tiers-lieu. https://fr.wikipedia.org/wiki/Tiers-lieu

(4) Un Fab Lab (contraction de l’anglais fabrication laboratory, « laboratoire de fabrication ») est un lieu ouvert au public où il est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets. Voirhttp://carrefour-numerique.cite-sciences.fr/fablab/wiki/doku.php?id=charte

(5) La Fabrique nomade, association d’insertion qui valorise les savoir-faire des migrants à Paris
https://lafabriquenomade.comLa Fabrique nomade, association d...


Portfolio

PNG - 96.2 ko PNG - 52.9 ko PNG - 194 ko

Commentaires

Agenda

 

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123