Cinéma : The Dead Don’t Die

mercredi 15 mai 2019
par  Nicole de Micheaux
popularité : 99%

Le film d’ouverture du Festival de Cannes est aussi en compétition.

JPEG - 47.6 ko

Dans la petite ville de Centerville, le shérif (Bill Murray) et son adjoint (Adam Driver) font une ronde dans les bois pour chercher un voleur de poules, ami d’enfance du shérif. Le premier est un vieux philosophe, l’autre un jeune policier respectueux des droits et des devoirs de chacun. Tous les habitants se connaissent et le shérif est au courant de toutes leurs qualités et de leurs petits défauts. Ce soir-là le soleil ne veut pas se coucher à l’heure habituelle et on apprend par la radio que l’axe polaire a soudainement basculé. La secousse n’a pas eu d’autre conséquences immédiates, à la surface de la terre, que des phénomènes de changement de parcours du soleil dans le ciel et de comportement animal, mais, sous la terre, le choc a dû se ressentir davantage et les morts se sont réveillés.

Ce film est bourré d’humour et de références cinématographiques qui parcourent les genres. Le rythme est lent et la parole rare à la manière des westerns étatsuniens. George A. Romero est cité par hasard dans une conversation, mais chaque spectateur pense immédiatement à sa Nuit des morts-vivants. « Ça va mal finir » certifie l’adjoint à son patron stupéfait dans leur voiture de police. Au shérif qui demande comment il le sait, l’autre répond qu’il a lu le scénario avant. Cette sortie du film qui semble toute naturelle fait référence à l’irruption sur l’écran d’une spectatrice dans La rose pourpre du Caire de Woody Allen, comme le suggère aussi la musique d’une chanson déclarée, par les policiers, musique du film The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch. Tilda Swinton avec sa dextérité au sabre rappelle les films de samouraïs (en particulier les Kill Bill de Quentin Tarentino), alors que son évacuation en soucoupe volante évoque E. T. de Steven Speilberg.

Mais les morts-vivants de Jarmusch ne sont pas de simples personnages affamés de chair humaine. Ils retrouvent tous leurs désirs effrénés de consommation, et c’est probablement l’image que le réalisateur a voulu transmettre : la société actuelle avec ses appétits n’existe plus que sous la forme d’une armée de morts-vivants. Une anecdote amusante : dans cette société américaine où la consommation d’essence est déraisonnable, la voiture de la jeune policière est une Prius (hybride) et celle de l’adjoint, une Smart.


Réalisateur : Jim Jarmusch
Scénario / Dialogues : Jim Jarmusch
Montage : Alfonso Goncalves
Images : Frederick Elmes
Interprètes : Bill Murray ; Adam Driver ; Tilda Swinton


Commentaires

Agenda

 

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois