Cinema : Furyo

samedi 23 mai 2020
par  Nicole de Micheaux
popularité : 52%

JPEG - 15.1 ko Le film est basé sur deux histoires différentes d’un roman autobiographique, The Seed and the Sower (La semence et le semeur) écrit en 1963, en trois parties, par un auteur sud-africain Laurens van der Post. Le titre français Furyo signifie Prisonniers de guerre en japonais, ce qui est est le titre de la première partie du roman, écrit à la première personne.

Dans une interview de Nagisa Oshima, le réalisateur déclare qu’il a trouvé dans David Bowie « l’ange » ambigu dont il avait besoin pour incarner un major Celliers tourmenté par ses remords. Le rôle de son équivalent japonnais, le capitaine Yonoï, est aussi joué par un musicien, Ryuichi Sakamoto, compositeur de la musique du film. Les acteurs interprétant les personnages de la seconde partie du roman sont Tom Conti pour le lieutenant-colonel Lawrence et Takeshi Kitano (nommé dans le générique par son prénom Takeshi) pour le sergent Gengo Hara.

L’action se passe en 1942 alors que les Japonais, aidés par les ressortissants Coréens colonisés, ont investi l’île de Java défendue par des troupes hollandaises et du Commonwealth qui se retrouvent prisonnières. L’Occident et l’Orient découvrent avec incompréhension des codes de comportement à l’opposé de leurs propres valeurs. Mais autant Lawrence et Hara sont intéressés l’un et l’autre par la découverte des mœurs et des croyances de leur interlocuteur, autant Yonoï, un des auteurs du coup d’état d’extrême droite de 1936 à Tokyo, craint de se livrer et lutte pour conserver une dignité de Samouraï devant le major Celliers, malgré sa forte attirance pour ce dernier. Obligé de le condamner à mort pour l’outrage d’un baiser provoquant, donné délibérément par l’Anglais devant un groupe de soldats et de prisonniers, il résistera à l’envie de le délivrer et ne viendra qu’au moment de sa mort, de nuit, couper une mèche de ses cheveux blonds, alors qu’un papillon blanc virevolte et se pose enfin sur la tête du jeune soldat anglais.

Certains ont reconnu dans le rôle de Yonoï l’image de l’écrivain Mishima qui vivait dans la contradiction entre son homosexualité déclarée et son code de l’honneur qui l’a conduit à se faire hara-kiri avec son amant après une tentative de coup d’état.

La référence à la parabole du semeur suggérée par le titre du livre de Laurens van der Post, se retrouve à la fin du film dans la phrase prononcée par Lawrence à Hara, devenu à son tour prisonnier de guerre, à propos de la fin aux allures christiques de Celliers : « C’est comme si Celliers, par sa mort, avait semé une graine en Yonoï que nous devons tous partager et faire grandir ». Le grain trouve de la bonne terre en Orient comme en Occident, même si ces cultures sont immensément éloignées, à chacun de savoir le reconnaître et contribuer à sa croissance.

Furyo est un film surprenant par son alternance de violence et de tentatives d’écoute de l’autre. Il est émouvant, d’une esthétique soignée, avec des acteurs dignes et convaincants. Ce sont les premières armes de Kitano dans un rôle important alors qu’il n’était connu que par son prénom.


Furyo ( Japon, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande)
Réalisateur : Nagisa Oshima
Interprètes : David Bowie (Major Celliers), Tom Conti (Lawrence), Ryūichi Sakamoto (le capitaine Yonoï) ; Takeshi Kitano (Sergent Hara).
Pays : Japon, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande
Sortie : 1983
Durée : 2h02


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois

Brèves

20 septembre 2019 - DVD Cinéma : Dieu existe. Son nom est Petrunya

Au mois de Mai, nous vous avions signalé ce petit bijou macédonien. Vous allez pouvoir faire (...)