Cinéma du temps jadis. Les Chemins de la haute ville

vendredi 18 octobre 2019
par  Danielle Stordeur, Lucien Farhi
popularité : 77%

L’ambition de Joe Lampton (Laurence Harvey) est d’accéder à la société des puissants. Issu d’une misérable famille ouvrière, il « monte » à la grande ville, en tant que modeste employé de mairie, mais ne compte pas en rester là, comme il l’annonce, dès son arrivée, à son collègue et colocataire qui deviendra son ami. Ses actes sont entièrement soumis à ce but obsédant. Rien ne semble pouvoir l’arrêter, les lazzis de ses collègues, les rebuffades de ses concurrents nés avec une cuiller d’argent dans la bouche, la désapprobation de sa famille, restée attachée à sa classe sociale d’origine et sans illusions quant à ses chances de s’en extraire.

Sans attendre, il fait la cour à la fille du plus riche et plus puissant homme de la ville qu’il parvient à séduire. Tout semble lui réussir. C’est alors qu’il trébuche sur un obstacle inattendu : il tombe amoureux d’une femme mariée, mûre, libre de ton et pour cela-même mal considérée par la bourgeoisie (Simone Signoret), et semble alors déterminé à lui sacrifier ses ambitions. Les circonstances le feront néanmoins revenir à son dessein initial, il deviendra le gendre du « grand patron », mais au prix tragique de la vie de la femme aimée.

Constat amer non pas d’une lutte de classes, mais de frontières sociales infranchissables, sauf conditions exceptionnelles et prix à payer hors de toutes proportions. Malheur aux naïfs qui croient encore à un ascenseur social pacifique et qui s’attachent à le gravir : à l’arrivée, mort, mensonges et destructions.

L’Angleterre conservatrice et rigide dans son respect des classes est ici montrée du doigt. Mais avec elle, est intenté le procès de l’ensemble de nos sociétés occidentales, dressé avec une vigueur n’excluant cependant pas la nuance. Le film est fort, dur, subtil et sensible. Simone Signoret y est bouleversante. Une grande dame, pour un grand film, un film qui devrait compter au nombre des classiques.

Titre français : Les Chemins de la haute ville
Titre original : Room at the Top
Réalisation : Jack Clayton
Scénario : Neil Paterson et Mordecai Richler (non crédité), d’après le roman de John Braine
Production : James Woolf, John Woolf et Raymond Anzarut, pour Woodfall Film
Film : anglais
Format : Noir et Blanc - 1,37:1 - mono
Genre : Drame
Année : 1959
Récompenses :
Oscars 1960, Oscar de la meilleure actrice : Simone Signoret ;
Oscar du meilleur scénario adapté : Neil Paterson ;
Festival de Cannes 1959, Prix d’interprétation féminine du Festival de Cannes : Simone Signoret


Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Agenda

 

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois

Brèves

20 septembre - DVD Cinéma : Dieu existe. Son nom est Petrunya

Au mois de Mai, nous vous avions signalé ce petit bijou macédonien. Vous allez pouvoir faire (...)