EDITO : L’EUROPE, OÙ VA-T-ON ?

Cet article est publié ici avec l’aimable autorisation de ses auteurs

Christian SAUTTER et Catherine CADOU 4 Juillet 2019
Voir loin, agir proche

Au plus profond de la déprime qui a suivi la crise financière américaine de 2008, Claude Alphandéry décida de réagir, selon sa devise : «  Résister et créer ». L’ancien responsable du maquis de la Drôme convoqua, à lui tout seul, les «  États généraux de l’Économie Sociale et Solidaire  » (ESS) au sein de la Bourse des valeurs désaffectée à de multiples titres. Aidé par une petite équipe tirée pour l’essentiel de France Active, il présida une fête de la jeunesse entreprenante. Le principe avait été de collecter des « Cahiers d’espérance » (expression que j’ai substituée aux cahiers de doléances montant d’une France prérévolutionnaire en crise dramatique). Un bref moment, l’imagination fut au pouvoir, une imagination enracinée dans la diversité des initiatives économiques et sociales, écologiques et territoriales.

Le « Labo de l’ESS » est l’enfant de ces États généraux. Il tenait son assemblée générale le 20 juin, avec un thème de réflexion d’une belle actualité : « L’Europe, où va-t-on ?  ». Mis sur orbite par Claude Alphandéry, le Labo est actuellement présidé par Hugues Sibille. J’en suis le vice-président. L’équipe, menue mais remarquable est pilotée par Françoise Bernon, ancienne dirigeante d’une imprimerie solidaire parisienne, Alpe.

La méthode du Labo est restée fidèle aux origines : toutes les réflexions partent de l’observation du terrain, des innovations sociales concrètes, avec l’ambition de les faire connaître et de pousser les pouvoirs publics à favoriser leur extension. En 2018, six chantiers ont bien progressé.

Pour lire la suite...


mercredi 3 juillet 2019
par  Lucien Farhi

En UNE - Energies Partagées : voyage au pays des comptes de fées

Je souhaite, en préalable à cet article, indiquer quelques jalons concernant mon appréciation du travail accompli par le réseau Energie Partagée, au service de la cause des Energies Renouvelables.
Je trouve l’action de ces militants globalement admirable. Leur enthousiasme est communicatif. Leurs réalisations en sont à leurs débuts mais je les crois prometteuses. En tout cas, ils agissent là où d’autres causent.
Ils ont la modestie d’estimer avoir des progrès à faire en matière de professionnalisme, mais c’est déjà commencer à l’être que de le reconnaitre.
Quant à leur communication ( je n’aime pourtant ni le mot ni le concept !) elle est top !!!
Voici pour les compliments.
Les réticences, à présent.

A suivre...


Articles les plus récents

jeudi 18 juillet 2019
par  Catherine Cadou, Christian Sautter

FESTIVAL DES IDÉES À LA CHARITÉ

Avec l’aimable autoriation des auteurs Christian SAUTTER et Catherine CADOU vendredi 12 juillet 2019
Voir loin, agir proche
Nous avons commencé l’été des vacances en nous rendant à La Charité sur Loire, où de bons amis d’Alternatives Économiques et de quelques fondations avaient organisé un Festival (...)

mercredi 17 juillet 2019
par  Lucien Farhi

Au commencement... fut l’injustice !

Notre Cité était férue d’anniversaires. Un peuple entiché de l’Histoire du Monde, plus une Cité folle de commémorations : un couple fait pour s’entendre, quoi de remarquable là-dedans ? Le dernier d’ailleurs à s’en étonner aurait bien été mon père : le patron du Comptoir Philanthropique n’était-il pas (...)

mercredi 10 juillet 2019
par  Catherine Cadou, Christian Sautter

L’EUROPE, OÙ VA-T-ON ?

Cet article est publié ici avec l’aimable autorisation de ses auteurs
Christian SAUTTER et Catherine CADOU Voir loin, agir proche
Au plus profond de la déprime qui a suivi la crise financière américaine de 2008, Claude Alphandéry décida de réagir, selon sa devise : « Résister et créer ». L’ancien (...)

mercredi 10 juillet 2019
par  Nicole de Micheaux

Cinéma : Quand les frigos vivront d’amour... Yves de Benoit Forgeard

Yves est un réfrigérateur connecté. Il passe des commandes et se fait livrer directement. De plus, comme il est en phase d’essai, tous les achats sont à la charge de l’entreprise qui l’a fourni, à Yves de découvrir ce dont son propriétaire Jérem a envie. Mais Yves, dépassant ses fonctions, profite de ses (...)

lundi 8 juillet 2019
par  Lucien Farhi

Caravanes

Tous les mois, mon père, propriétaire du Comptoir Philanthropique du Levant, acheminait vers les harems d’Arabie une caravane chargée de huit tonnes du produit phare du Comptoir, je veux parler de la crème Contre les Taches de Rousseur, plus connue sous ses initiales fameuses : C.T.R.
On sait (...)

samedi 6 juillet 2019
par  Nicole de Micheaux

Musique : Naissance d’un populisme

Le Festival d’Aix-en-Provence, opéra et musique classique, a ouvert ses portes le 3 juillet et l’opéra Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny de Kurt Weil sur un livret de Bertold Brecht était représenté en première le 6 juillet.
Un des professeurs de Kurt Weil lui reprocha de vouloir devenir (...)

mercredi 3 juillet 2019
par  Lucien Farhi

Énergie Partagée Investissement : voyage au pays des comptes de fées

Je souhaite, en préalable à cet article, indiquer quelques jalons concernant mon appréciation du travail accompli par le réseau Energie Partagée, au service de la cause des Energies Renouvelables. Je trouve l’action de ces militants globalement admirable. Leur enthousiasme est communicatif. Leurs (...)

samedi 22 juin 2019
par  Lucien Farhi

Démocratie... ou Philanthropie ?

19.. : année mémorable s’il en fut. Cinq années s’étaient écoulées depuis l’établissement de la démocratie en notre cité. Elle faisait suite au long règne d’une tyrannie sur les décombres desquelles elle était née, portée sur les fonds baptismaux par la révolte de quelques âmes fortes au premier rang (...)

mercredi 19 juin 2019
par  Lucien Farhi

Energies renouvelables : le bal des appétits - Point N°5

Fruit de la politique volontariste des gouvernements successifs, l’élimination du nucléaire du mix énergétique, dans les trente ans à venir, au profit des énergies renouvelables, éolien et solaire, fait partie des scénarios envisageables. D’une part, leurs coûts de production, en baisse constante, (...)

mardi 11 juin 2019
par  Danielle Stordeur

Cinéma : Douleur et gloire

Cinéma : Douleur et gloire (Dolor y gloria) de Pedro Almodovar Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes (2019) pour Antonio Banderas
Ce n’est peut-être pas l’essentiel mais, parmi les premières images du film certaines sont tellement belles, nées d’une idée tellement originale, que je (...)